J’aime mon métier, j’aime ce contact avec les chiens, j’aime le contact avec l’humain, j’aime cette philosophie d’être au pays des Bisounours, c’est ma philosophie… J’aime entendre la moquerie, la critique de cette philosophie, de la part de confrères, d’individu commun… oui parce que cela m’aide encore plus à continuer!
Écrire cet article me trotte dans la tête depuis un moment. Pourquoi? Pour partager cette philosophie, faire réfléchir…
Être au pays des Bisounours est souvent montré du doigt. Peut-être parce que cela donne des chiens capricieux, des chiens tyrans? Peut-être parce que le travail est long, trop compliqué? Mais finalement, qu’est-ce-qu’être au pays des Bisounours? C’est apprendre au chien et à son humain les bonnes manières, savoir gérer ses difficultés; c’est apprendre à respecter son chien, c’est apprendre à communiquer avec lui, c’est comprendre ses besoins. C’est aussi être psychologue tant avec le chien que l’humain qui l’accompagne, c’est d’être cohérent dans le suivi des protocoles à mettre en place. Cela se définit tout simplement d’être respectueux et bienveillant dans mon travail et dans la vie de tous les jours.
Dans mon métier d’éducateur canin, cette philosophie est à suivre dans n’importe quelle situation: chien agressif, chien peureux, chien en apprentissages de bases éducatives… Vous allez dire oui mais devant un chien agressif, tu parles! Le Bisounours part en courant, lol! Et bien, je pars du principe que tant qu’il y a une capacité d’apprentissages, d’évolutions, il y a possibilité d’atteindre un objectif!
Une éducation et/ou une rééducation comportementale est possible du moment que la confiance, la cohérence, la constance est présente. Il n’y a pas de méthodes types car il faut savoir s’adapter à l’individu chien et ce n’est pas au chien de s’adapter à nous!
– La confiance: pour son évolution, pour son bien-être, le chien doit avoir confiance en vous et vous en lui.
– La cohérence: des exercices, des protocoles à faire au quotidien, travailler par étapes est primordial.
– La constance: entraînements réguliers. Le chien doit faire partie de votre emploi du temps et non pas passer après vos occupations…
Ces trois paramètres suivis augmenteront la réussite, l’objectif à atteindre. Le parcours peut-être long selon la problématique, la personnalité, l’émotionnel de votre animal et je rajoute un quatrième paramètre : la patience.
Si les devoirs donnés ne sont pas appliqués ou si vous avez décidé d’en faire qu’à votre tête, vous mettez en péril le travail d’évolution et en plus l’anxiété augmentera chez votre chien et celui-ci sera mis en échec.
La baguette magique? hmm cette fameuse toujours attendue… je ne suis pas magicienne… elle n’existe pas … je ne suis pas non plus voyante mais je donnerai de ma personne pour faire évoluer les situations. Parfois les compétences techniques ne suffiront pas malheureusement car le facteur émotionnel du chien est en jeu ou parfois même un problème médical. Et là, oui, c’est là que la fameuse remise en question de l’humain, souvent si difficile est impérative! Ce n’est ni la faute du chien, ni celle de son propriétaire ni celle de l’éducateur! C’est que tout simplement que votre chien ou vous-même avez atteint votre propre limite et qu’on ne peut pas aller plus loin! Pourquoi s’acharner? Pourquoi trouver des excuses du chien dominant?
Accepter cette limite, souvent inacceptable est difficile! Accepter c’est respecter votre chien, c’est vous respecter! Accepter de vivre avec lui avec cette différence le rend unique, vous rend unique. Et surtout, parfois regarder derrière soi et voir le chemin parcouru va permettre de se remettre en question, va montrer le positif d’un problème.
Dans ce métier, le doute et la réflexion sont présents, les échanges indispensables et la remise en question essentielle. A ce jour et en ayant adhéré à cette philosophie, je constate que les objectifs atteints, les rééducations réussies même avec les limites sus-citées, ont été exécutés par des humains respectueux, constants qui ont eu l’envie d’avoir envie de réussir et ce malgré les nombreuses embûches.
En conclusion, notre collaboration est pour moi un partenariat. Le trio ou plus, le chien, vous et moi, que nous formons, porte tous ses doutes, ses faiblesses et nous les portons ensemble. Ce partenariat partant souvent du négatif vous fera adhérer au pays des Bisounours car ensemble nous y serons arrivés! Venez adhérer à la Team Cyn’harmony! Et merci à tous ceux qui y adhèrent déjà!